Ce site Web utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site Web, vous acceptez que nous utilisions des cookies comme décrit dans notre politique de confidentialité.

Avocat

Pierre Pratte

Adjoint(es)

Montréal

25e étage
1100, boul. René-Lévesque Ouest
Montréal (Québec) H3B 5C9
CANADA
514 397-8500 514 397-8515

Pierre Pratte a été notaire de 1984 à 1994 et pratique depuis comme avocat. Il exerce en droit immobilier en collaboration avec les notaires du cabinet : analyse des titres, préparation de rapports sur les titres, etc. Il participe également à la rédaction et à la présentation des procédures en matières non contentieuses devant les tribunaux : vérification de testaments, homologation de mandats en cas d'inaptitude, etc.

  • Barreau du Québec (1994)
  • D.D.N., Université de Montréal (1984)
  • « Chronique – Ostiguy c. Allie : la nécessité d’obtenir un jugement en prescription acquisitive et la période à couvrir pour l’examen des titres »

    La référence, EYB 2017REP2365, novembre 2017

  • « Chronique – Le régime juridique de l’acte déclaré « sans effet » par la loi »

    Revue du Barreau, Tome 76, p. 360, 2017

  • « La demande judiciaire relative à la prescription acquisitive d’un Immeuble »

    Revue du Barreau, tome 73, p. 509, 2014

  • « Condition résolutoire et clause résolutoire : deux choses à distinguer »;

    Revue du Barreau, tome 70, p. 323, 2011

  • « Les anciennes sociétés et l'obligation d'immatriculation »

    Revue du Barreau, tome 60, p. 475, 2000

  • « Le rôle des dommages punitifs en droit québécois »

    Revue du Barreau, tome 59, p. 445, 1999

  • « Les dommages punitifs : institution autonome et distincte de la responsabilité civile »

    Revue du Barreau, tome 58, p. 287, 1998

  • « Le harcèlement envers les locataires et l'article 1902 du Code civil du Québec »

    Revue du Barreau, tome 56, p. 3, 1996

  • « Le travailleur autonome et les accidents du travail : le cas de sous-traitant »

    Revue du Barreau, tome 55, p. 553, 1995

  • « L'action possessoire est-elle moins protégée sous le Code civil du Québec? »

    Revue du Barreau, tome 55, p. 403, 1995